Témoignage de Loki

Témoignage de Loki

Salutations très chers lecteurs ! J’ai le plaisir de lancer aujourd’hui même une nouvelle catégorie d’articles, que je placerait dans les interviews, puisqu’il s’agira de témoignages. Ces derniers seront des récits fait par des joueurs, valides ou handigamers, qui souhaitent raconter une expérience personnelle autour du gaming, au sens large. Et pour inaugurer ce premier témoignage, j’ai le plaisir d’accueillir un handigamer surnommé Loki, qui souhaitait nous parler de son vécu en tant que joueur PC. Son article sera divisé en deux parties nommées « Le gaming » et « Le handicap ».

Allez, il est temps de lui laisser la place ! Loki c’est à toi !!

– – – – – – – –

 

  • Partie I, le gaming :

– J’ai commencé le jeu numérique sur Amstrad CPC 664, avec un lecteur annexe de disquettes (voir la première photo), sur le mythique jeu Pong, où l’on pouvait jouer a deux… À condition de partager le clavier. Pong, pour ceux qui ne connaissent pas, c’était deux raquettes qui allaient d’un bord a l’autre de l’écran, une balle, et des compteurs de points. Le 664 était un des 1er ordinateur personnel à disquettes avec 512 ko disponibles ! Il fallait taper soi-même au clavier le programme de Pong avec langage Basic Amstrad avant de jouer. Le bouquin de programmation Basic (500 pages) qui était livré avec l’engin, contenait un tas de jeux à programmer pour jouer.

– Ces années là, l’informatique décollait comme un fusée, et les progrés étaient fulgurants de mois en mois. Une des machines qui me marqua particulièrement reste le Mac Intosh Performa (voir la deuxième photo) d’Apple (1995-1996). On trouvait des tas de jeux FreeWare sur CD-Rom offerts aux lecteurs des diverses revues papier. Parmis les titres disponibles en Freeware, on avait Pac Man, Tetris, Break Out, Donkey Kong, Prince of Persia, etc…  Tous les grands classiques plus ou moins revisités par des gamers programmeurs amateurs.

– Vers la fin des années 2000-2001, je comptais une collection d’environ 3000 jeux sur CD-Rom originaux, avec différentes versions de l’OS Mac. Je crois que sur cette période là, le titre qui me marqua le plus est le célèbre et introuvable « Les Guignols de l’Info le Jeu » … Un titre bien déjanté dans la droite ligne de l’émission Canal+ éponyme. Un autre passioné le définit comme le « Trésor de l’aventure Apple » !

– C’est également à cette époque que parût un des Pères du jeu de stratégie : Imperialisme (1996-1997). Jouable sur PC, à condition de disposer d’un lecteur de CD-Rom, et il m’arrive de retourner dessus régulièrement, pour toujours autant de plaisir. Si les graphismes peuvent paraître désuets, sa jouabilité est excellente ! ( TrailerGameplay )

– Heureusement le 1er Janvier 2000, les PC ne mirent pas le monde en panne, comme on le croyait alors… Et je penses qu’a peu prés tout le monde connait la suite. Qui aujourd’hui n’a pas un PC, une tablette, ou un smartphone, voir les 3 ? 😉
– – – – – – – –
  • Partie II, le handicap :

– Il est évident que lorsque l’on est handicapé, il est nécessaire d’avoir des adaptations ou du matériel de compensation du handicap, quelle que soit son activité. Je n’oublierai jamais ce pauvre type en blouse blanche, qui me prophétisa : « Monsieur, il vaut mieux vous dire la vérité, vous devez l’accepter car nous avons fait tout notre possible, vous ne remarcherez plus jamais ».

– Il faut dire que de son point de vue, cela pouvait paraître plausible, étant coincé dans un fauteuil à une main, avec une paralysie du bras gauche et de la jambe gauche… J’aurai pu le croire, et certainement que je serai encore dans ce maudit fauteuil, mais ce ne fût pas le cas, quoique ce combat pour refuser de donner existence à cette malédiction dura quelques années. Si je n’ai jamais pu redonner entièrement vie a ma jambe, j’ai néanmoins réussi a retouver un certain usage de mon bras et de ma main, assez proche de la normalité.

– Pour jouer à un jeu numérique, j’ai donc besoin d’un poste de gaming adapté, qui m’épargne les souffrances physiques, et me permette d’être un peu performant in-game. En ce moment, j’ai un bon poste gaming sous la forme d’un lit électrique articulé, d’une tablette pour y poser clavier, souris, manette, et d’un support pour tenir l’écran au pied de mon lit, à une distance correcte. J’utilise un PC Gaming avec une manette pour jouer, puisque les particularités physiques de ma main gauche ne me permettent pas d’avoir assez de réactivité et d’endurance en utilisant des touches de clavier. Mais même avec la manette, que j’ai aussi modifié pour moins souffrir des doigts, il me faut réaliser des pauses régulières, toutes les heures environ.

La principale difficulté, pour la main, c’est l’insensibilité, car comme des nerfs ont été détruits, ma sensibilité est modifiée, surtout au bout des doigts. S’y ajoutent des lésions, micro-blessures, ou début d’escarres si je ne fais pas assez gaffe à maintenir un minimum de circulation sanguine dans les doigts. Par exemple, dans ma situation, l’appui sur le levier gauche pour courir est une calamité, et la re-programmation du pad n’est pas toujours aussi évidente que ce que l’on croit.

Le truc que je trouve particulièrement difficile, c’est que pour monsieur X ou madame Y, jouer est un jeu, un passe temps, un moyen de faire des choses avec des gens, etc. Mais pour un handicapé, c’est autre chose, car dans le jeu numérique vient s’ajouter la notion de souffrance personnelle, qui peut être aussi bien physique que psychologique. Dans ma pathologie, qui est chronique et incurable, je ne pourrai même pas me mettre au poste de gaming si je n’avalais pas d’antidouleurs très puissants. Et même avec ces derniers, j’ai mal quand même… C’est à dire, que je joue un jeu numérique, basé sur le rôle playing game, puisque j’interprète un chef de guerre Viking, mais dans une douleur constante plus ou moins forte, plus ou moins supportable, ce qui réduit considérablement la notion de « plaisir » dont les valides sont pleinement conscients lorsqu’ils jouent. Pour arriver a jouer mon rôle, je dois oublier, ne plus penser a la douleur, ou tout au moins essayer, ce qui est loin d’être évident.

– – – – – – – –

 

Voici qui conclu le témoignage de Loki, que je trouve, à la fois, particulièrement poignant et super intéressant ! J’espère sincèrement que ce nouveau format vous plaira tout autant que mes habituelles interviews. C’est ma façon à moi d’apporter ma pierre à l’édifice, concernant la sensibilisation des joueurs valides au monde du HandiGaming !

N’hésitez pas à me contacter, si vous aussi vous souhaitez participer à ce type de témoignages, en cliquant : Ici ! La bise. 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.