Test : Lost Judgment

Test : Lost Judgment

Article en partenariat avec Koch Media , merci pour la confiance et l’intérêt qu’ils portent envers le blog !

– – – – – – – –

⚠️ ATTENTION : Ce test a été réalisé sur la version PlayStation 5 du jeu !

Konnichiwa très chers lecteurs ! Et oui, c’est reparti pour un petit voyage au Japon, à travers ce mini-test de Lost Judgment, suite tant attendue de Judgment. Je vous invite d’ailleurs, surtout si vous ne connaissez pas le précédent volet, à lire son test mais également à vous procurer une copie, tellement il a su me séduire. Sorti le 24 Septembre dernier, Lost Judgment est donc le digne successeur de ce spin-off à la saga des Yakuza. Mais que vaut vraiment le titre ? Arrive-t-il à surpasser son prédécesseur, ou au contraire, se repose-t-il sur ses acquis ? C’est ce que je vais tenter de vous expliquer au travers de cet article.

C’est un réel bonheur de retrouver notre héros « Tak » accompagné de ses amis ! Dès le lancement du jeu, on retrouve très vite ses marques et ce pour notre plus grand plaisir. L’action se passe toujours à Kamurocho et ses alentours, autrement dit, les mêmes quartiers que dans le précédent opus. Alors certes, j’ai trouvé cela un peu dommage au début, mais rien de bien gênant en fin de compte. Le gameplay lui aussi reste assez proche, mais ne criez pas au scandale un peu trop vite ! Les mécaniques de jeu ont tout de même été quelques peu améliorées pour plus de « fluidité » et cela je m’en suis rendu compte dès la première filature. Au niveau des combats, la posture du serpent vient s’ajouter aux deux autres postures déjà connues dans Judgment. Toujours aussi grisants, vos affrontement gagneront donc en tactique… Sachez qu’à chaque style de combat correspond une approche différente : Face à un groupe adoptez la posture de la Grue, en un contre un celle du Tigre, et enfin contre un adversaire armé optez pour la posture du Serpent !

L’intrigue principale quant à elle est toujours aussi maîtrisée et les thèmes abordés, comme le harcèlement scolaire, sont à la fois modernes et assez bien traités. Dommage que le soft soit tout de même un peu trop dirigiste et surtout toujours aussi bavard. Par exemple : Après une course poursuite, un long dialogue s’en suit, ce qui donne lieu à un combat puis encore un long discours… Et quand je dis long, je n’exagère pas ! Surtout que ces derniers ont une place importante pour comprendre l’ensemble du scénario, donc libre à vous de les zapper mais je vous aurai prévenu. Autrement, vous pourrez également vous adonner à de nombreux mini-jeux, tous plus ou moins sympathiques ce qui, au final, augmente grandement la durée de vie du titre.

 

Encore un coup de cœur indéniable pour cette suite un poil dirigiste !

 

 

Hype : 87,50 %

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :