Test : YS IX : Montrum Nox

Test : YS IX : Montrum Nox

Article en partenariat avec Koch Media , merci pour la confiance et l’intérêt qu’ils portent envers le blog !

– – – – – – – –

⚠️ ATTENTION : Ce test a été réalisé sur la version PlayStation 4 du jeu !

Salutations amis lecteurs. On se retrouve sans plus attendre pour le mini-test de YS IX : Monstrum Nox, sorti le 05 Février dernier. Cet action-RPG, qui donne suite à “Lacrimosa Of Dana”, était très attendu par les fans de la saga. Étant fan moi même, pas très assidu je dois l’admettre, je me devais de tester cet opus relatant les nouvelles histoires d’Adol Christin, le protagoniste. Ce dernier, à peine arrivé à Balduq, ville pénitentiaire, se fait passer les menottes pour d’obscures raisons liées aux précédentes aventures. Seulement voilà, peu de temps après, notre cher Adol qui tente de s’échapper de prison, tombe nez à nez face à la mystérieuse Aprilis qui lui jette un sortilège et le transforme en un de ses Monstrum… Le ton est donné, et on commence cet épisode avec beaucoup de questions qu’il faudra essayé d’éclaircir.

Ne pouvant plus quitter la ville, et afin de clarifier la situation, le Roi Rouge (Adol) devra se faire de nouvelles amitiés parmi les fameux Monstrums, entre autres. Au nombre de cinq, ses camarades seront mis à l’honneur tout au long des différents chapitres. Cela permettra d’en apprendre plus sur chacun d’entre eux, les rendant alors tous plus attachants les uns des autres. Sachez qu’à chaque nouvelle amitié, vous obtiendrez un nouveau don correspondant, permettant de parcourir plus facilement la ville de Balduq. Pour en savoir plus sur l’histoire et ne voulant pas spoiler d’avantage, je vous invite donc à jouer à ce très bon jeu.

Alors, il est vrai que techniquement parlant, le titre reste assez daté. Et bien qu’il pourra en rebuter plus d’un, ce que je trouve personnellement dommage, le soft possède de nombreuses qualités. Mettez donc de côté l’aliasing des graphismes vieillots, le jeu n’est clairement pas là pour vous titiller la rétine. Passé ce point faible, YS IX est un petit régale de par son scénario captivant, son gameplay plaisant, sa sublime OST et j’en passe… Ses combats en temps réel sont jouissifs, si vous pensez à locker machinalement les ennemis, cela va de soit. Vous pourrez ainsi utiliser vos talents ou switcher de héros directement pour combattre avec d’autres pouvoirs. Donnant ainsi un côté tactique, qui aurait pu être un peu plus approfondit à mon goût, surtout durant les nuits de Grimwald (Combats spéciaux s’apparentant à du Tower Defense).

D’une durée de vie plus que raisonnable, je dois admettre que j’ai bien aimé ce titre très addictif en combat et accrocheur pour son histoire riche en rebondissements. Donc, c’est tout naturellement que je vous conseille ce jeu, que vous soyez fan de la saga ou nouveau venu. Bien évidemment, il faudra être capable de faire abstraction des faiblesses graphiques, qui, cela dit en passant, ne sont pas si gênante que ça. Le tout est sous-titré en Français, et bien que j’ai trouvé l’aventure assez linéaire, le soft reste un excellent épisode pour cette belle saga !

 

 

Hype : 75 %

 

[APERÇU EN VIDEO À VENIR]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :