Test : Sekiro Shadows Die Twice

 

Depuis sa sortie le 22 mars dernier, Sekiro Shadows Die Twice inonde le net tellement l’engouement des joueurs est grand. Le soft est un savant mélange entre Tenchu et Dark Souls où l’infiltration laisse parfois place à des combats d’une technicité affolante et où chaque victoire reste pour le moins gratifiante ! Vous l’aurez compris, dans Sekiro il ne faut pas avoir peur de mourir pour mener à bien votre mission, à force d’acharnement. Alors que vaut vraiment le titre du studio From Software ? Est-il exempt de défauts ? Rendez-vous plus bas pour le savoir…

Ce qui marque avant tout dans Sekiro, hormis la difficulté, c’est sa capacité à nous faire voyager dans un Japon féodal, avec son ambiance particulière très bien retranscrite, de part ses environnements sublimes mais également sa bande-son enivrante ! Aux commandes de Loup, partez affronter des soldats et autres créatures d’un bestiaire varié, armé de votre katana mais aussi d’une prothèse au bras, qui aura de multiples fonctions. Le grappin par exemple, vous permettra de vous agripper à de nombreux points d’encrage, tandis que la hache sera efficace face aux boucliers, etc. Je regrette, cela dit en passant, que l’on ne puisse pas s’agripper partout, mais uniquement là où le jeu nous l’indique.

Autrement, les combats intenses et surtout valorisants, comme dit précédemment, marqueront les esprits, donnant un aspect jouissif à vos victoires. Les arbres de compétences quant à eux vous permettront de vous perfectionner dans votre art. A noter tout de même quelques ratés comme des soucis de collision, une IA assez basique mais également des problèmes de caméra et de lock, qui ont tendance à agacer, tant le jeu est exigeant. Au final, le titre reste excellent bien que l’on aurait aimé moins de petits soucis qui ne manqueront pas de nous faire rager !

Note : 75 %

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.